Blog
de l'éducation à l'environnement
et au développement durable
en Auvergne-Rhône-Alpes

Avenir Liberté Egalité

L’association Avenir Liberté Egalité (ALE), créée en 1998 par Martine Valla, Jocelyne Dorme, Régis Clerc et Stéphane Bertrand, a pour but l’accompagnement et l’hébergement d’adultes atteints d’un handicap moteur. L’association gère un service d’auxiliaires de vie qui interviennent aux domiciles et un service d’accompagnement à la vie sociale, qui suit les personnes dans la mise en œuvre de leur projet de vie et leur citoyenneté.

Photo GRAINE ARA

Rencontre avec Mme Valla, directrice d’ALE

Quelles motivations vous ont poussée à créer avec d’autres personnes, cette association ?

Devant le manque de solutions offertes aux personnes ayant un handicap moteur moyen ou lourd, pour mener une vie autonome et citoyenne, nous avons […] souhaité apporter à ces personnes la possibilité de vivre en appartement en toute autonomie. Certaines personnes qui sortent d’institutions, à l’âge de 20 ans, aspirant légitimement à une vie indépendante ne veulent plus vivre en collectivité ou en famille.

Que pensez-vous de l’évolution de la société envers les personnes handicapées ?

Aujourd’hui il y a une réelle inquiétude concernant la nouvelle loi 2005 et la mise en place de la Prestation de Compensation du Handicap. Nous espérons une amélioration car si une solution n’est pas rapidement trouvée cela peut mettre en grande difficulté financière les bénéficiaires de toutes ces associations d’aides à domicile ainsi que les associations elles-mêmes.

Selon-vous quelles seraient les améliorations à apporter dans l’intégration des personnes handicapées dans la société ?

Pour moi, il y a urgence à intégrer professionnellement davantage les personnes handicapées. L’état d’esprit des employeurs n’est pas encore à maturité dans ce domaine. Concernant le logement, je pense que le retard petit à petit se comble même s’il y aura toujours des adaptations spécifiques à apporter.

Rencontre avec Régis Clerc, vice-président d’ALE

Pensez-vous qu’il y a une évolution du regard de la société sur les personnes en situation de handicap ?

Je ne sais pas si on peut parler d’évolution… Le regard est différent. Il est plus meurtrier. […]
Aujourd’hui, le regard des gens est sournois, plein d’hésitation. C’est rarement un regard bienveillant. Le regard des gens reflète l’image que donne les médias du handicap…Par exemple, on peut s’arrêter sur l’image véhiculée par le Téléthon, où l’on joue sur l’apitoiement des téléspectateurs. A la télévision on ne montre jamais des adultes…ou, si on les voit, on les montre toujours de « façon miraculeuse » ou parce qu’ils ont un parcours extraordinaire.

Que pensez-vous de la sensibilisation que l’on peut faire auprès du grand public ou dans les écoles ?

Il y a encore des sujets tabous…La sexualité et la vie en couple. Pour moi, je considérerai qu’il y a une réelle évolution […] lorsque tout un chacun aura compris que l’on peut avoir une sexualité comme les autres et que l’on nous autorisera une vie en couple comme tout le monde.

Les plus grandes évolutions de notre société ...

La considération que l’on a de la personne handicapée … Même si on est encore loin du but …

Les choses à faire changer …

Bien sûr je ne reprends pas ce que je viens de dire…Alors je dirai…
La considération de la personne lorsqu’elle est accompagnée…On ne s’adresse jamais à elle et toujours à son accompagnateur. Je suis capable de répondre lorsque l’on s’adresse à moi, même si pour certains actes du quotidien j’ai besoin d’être accompagné parce qu’il y a certains gestes que je ne peux pas faire seul ou avec difficulté…[…]
Il faut améliorer l’accessibilité. Cela passera entre autre par la sensibilisation des architectes lors de leur formation.
Il faut que les petites et les grosses associations qui ont un projet pour les personnes handicapées travaillent ensemble intelligemment.
Il faut faire évoluer notre insertion professionnelle.

Sur le même sujet

L'accessibilité aux sites naturels est rare pour les personnes handicapées et, lorsqu'elle existe, fort mal connue. Ainsi l'idée de recenser des itinéraires nouveaux, de les évaluer et de les mettre en page nous est parue nécessaire; d'où la création d'un premier topo-guide aux éditions Libris.
Récit d’une rencontre entre une classe de CE1 et CE2 et d’une classe d’enfants Infirmes Moteurs Cérébraux (IMC) du même âge d’un Institut Médico-Pédagogique (IMP) en 2005/2006.
Le Jardin Botanique de Lyon oeuvre aussi à l'éducation et la sensibilisation du public à l'environnement notamment, des personnes déficientes visuelles.